Vous n'êtes pas identifié.

#201 2012-09-16 17:38:03

cristal002
fiche Eleveur
Membre
Lieu: ~Avec mon Link chéri~ <3 <3
Date d'inscription: 2012-06-23
Messages: 335

Re: Les Histoires des Ténèbres

ho ulti c'est trop bien ! Ça aurais vraiment été méchant de mètre la suite dans deux semaine ! vraiment ! ( Tu as des pansées négatives !) Ho j’espère que cyrié va pas mordre ultimecia !

(une question un peu bizarre... Y mange quoi du coup comme y peu ps boire de sang ?)


Grande fane de Pokemon et de zelda ! (amoureuse de link !) !
Aime son chat, ses parents et ses amis ! Vous aimez les histoires fantastiques et imaginaires ? allez lire ceci
~¤~profite de la vie ! aime ton prochain ! et respecte le !~¤~

Hors ligne

 

#202 2012-09-17 02:46:27

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Merci à vous 2 ^^ (mais... un jour, je vous le ferai le coup vache à côté duquel vous êtes passés, je vous le ferai Catitiz_PDT_10 )

Vega --> Il va falloir qu'il s'accroche Cyrié pour réussir à les tenir ses résolutions, mais il a une bonne motivation, donc... Vous verrez bien ;) Par contre, pour les chasseurs de primes... ça risque d'être plus compliqué :s Dans un climat d'extermination de vampires, ce n'est pas de tout repos pour lui ^^'

Cristal --> Elle n'est pas bizarre du tout ta question ^^ En fait, plus le vampire est âgé, moins il a besoin de se nourrir (autrement dit, un vieux vampire n'a pas besoin de se nourrir aussi régulièrement qu'un tout jeune). Cyrié se nourrit de sang... en bouteille (xD). Il a fait des réserves, donc il n'est pas obligé d'attaquer, et donc, il ne risque pas de tuer quand il "mange", donc de ce point de vue là, il n'y a pas de risque: il ne meurt pas de faim et personne ne risque d'être blessé pour ça (plus maintenant ^^'), donc il ne risque pas de "replonger" quand il se nourrit ;)
(C'est un point que je détaillerai surement un peu plus dans quelques temps... Dans un chapitre qui n'est même pas encore écrit, alors d'ici que je vous le poste ici... Tu as bien fait de poser la question ;))

Par contre, ça m'étonne que vous n'ayez pas plus réagi sur ce qui est arrivé au "peuple des vampires" :o?


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#203 2012-09-17 09:01:09

lilitchii
fiche Eleveur
Rédacteur de la gazette
Date d'inscription: 2012-06-02
Messages: 881

Re: Les Histoires des Ténèbres

hmmm.... un vampire irrésistiblement attiré par le sang d'une humaine.... me fait penser à twilight tout ça. C'est volontaire ? attention, ce n'est pas une critique, juste une remarque ;-).  Sinon, j'aime beaucoup, ce chapitre, enfin ça bouge pour eux. Pourvu que ça dure...

Hors ligne

 

#204 2012-09-17 14:10:28

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Merci ^^
Maintenant que tu le dis, c'est vrai qu'il y peut y avoir un point commun xD Mais c'est Twilight qui m'a copié: j'ai commencé à créer cette histoire il y a 8-9 ans, les Twilight n'étaient pas encore là ;)(si je me souviens bien ^^') Et le petit duo Ulti/Cyrié a été imaginé dès le départ ^^
(Si je me souviens bien, dans les Twilight, c'est le fait de ne pas pouvoir lire dans l'esprit de Bella qui attire Edward, pas son sang, non Catitiz_PDT_28 ? Il sont lointains mes souvenirs xD)
Comme tu dis: il leur en aura fallu du temps pour se mettre enfin ensemble à nos deux tourtereaux xD


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#205 2012-09-17 23:35:05

lilitchii
fiche Eleveur
Rédacteur de la gazette
Date d'inscription: 2012-06-02
Messages: 881

Re: Les Histoires des Ténèbres

ultimecia a écrit:

Si je me souviens bien, dans les Twilight, c'est le fait de ne pas pouvoir lire dans l'esprit de Bella qui attire Edward, pas son sang, non Catitiz_PDT_28 ?

disons qu'il est intrigué par le fait de ne pas lire dans ses pensées mais que son sang est comme une drogue pour lui. me semble même qu'il compare bella à une dose d'héroïne

Hors ligne

 

#206 2012-09-18 13:23:32

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Ah oui, c'est possible... Je ne sais plus depuis le temps xD

A croire que c'est un point commun entre vampires: sang=drogue xD


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#207 2012-09-19 14:04:31

cristal002
fiche Eleveur
Membre
Lieu: ~Avec mon Link chéri~ <3 <3
Date d'inscription: 2012-06-23
Messages: 335

Re: Les Histoires des Ténèbres

ha c'est vrai ! Les pauvres vampires ! ils sont plus que...7 ! ( ou huit ?)
TIN TIN IN TIN ! alors que va il se passer ? d'autres vont ils mourir ?


Grande fane de Pokemon et de zelda ! (amoureuse de link !) !
Aime son chat, ses parents et ses amis ! Vous aimez les histoires fantastiques et imaginaires ? allez lire ceci
~¤~profite de la vie ! aime ton prochain ! et respecte le !~¤~

Hors ligne

 

#208 2012-09-19 19:10:57

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Ils sont encore 8 ^^ (ou 7+Cyrié xD)

Là, vous en avez "rencontré" un nouveau, et d'autres ne vont pas tarder à se montrer ;)

alors que va il se passer ? d'autres vont ils mourir ?

Mmh... ça, je ne peux pas vous répondre, ça vous gâcherait la surprise xD Mais ça vous donne une idée du climat dans lequel ils évoluent: "extermination en cours" (les pauvres petits, je leur en fait baver quand même Catitiz_PDT_38 )


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#209 2012-09-23 14:11:01

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Coucou par là ^^
On a dépassé les 9 000 vues, merci à vous ^^
Par contre, pour l'instant, je n'ai pas encore pu scanner mes dessins, donc... Je vous mettrais votre "récompense" dès que possible ^^'


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#210 2012-09-23 17:22:32

cristal002
fiche Eleveur
Membre
Lieu: ~Avec mon Link chéri~ <3 <3
Date d'inscription: 2012-06-23
Messages: 335

Re: Les Histoires des Ténèbres

coool ! merci !


Grande fane de Pokemon et de zelda ! (amoureuse de link !) !
Aime son chat, ses parents et ses amis ! Vous aimez les histoires fantastiques et imaginaires ? allez lire ceci
~¤~profite de la vie ! aime ton prochain ! et respecte le !~¤~

Hors ligne

 

#211 2012-09-29 16:15:43

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Non, ce n'est pas l'illustration suivante ^^' Mais... Le chapitre suivant :D
Bonne lecture ^^ (installez-vous bien, il est long ce chapitre xD)

Dangereuse Relation (suite)

4 – Dangereuse Relation


    Pendant plusieurs jours, Cyrié et Ultimécia continuèrent à se voir au Fenryl d’Or. Parfois, le vampire se faisait à chaque fois passer pour un client, avec sa veste noire à capuche, d’autres soirs ils profitaient de la fermeture pour se retrouver. Un jour, Cyrié proposa à sa dulcinée de l’emmener là où il vivait. Elle accepta sans hésiter, ravie. Ils se rejoignirent à la tombée de la nuit, à la place où ils s’étaient déjà donné rendez-vous. Le vampire prit Ultimécia dans les bras et ils s’éclipsèrent dans un tourbillon de flammes.
    Ils réapparurent dans le désert où résidait Cyrié. Une fois de plus, on se serait cru en plein jour. Lorsqu’elle vit la luminosité du lieu, la jeune femme sursauta et regarda le vampire, paniquée, mais il semblait serein, le regard tendre, souriant. Soudain, elle réalisa à quel point il était magnifique à cette lumière : lui, qui était déjà superbe pendant la nuit, était encore plus séduisant, ses muscles parfaits semblaient encore plus saillants, et le bleu de son œil gauche était encore plus éclatant. Ultimécia se perdit dans ce regard. Puis, elle se ressaisit en secouant la tête :

— Je croyais que les vampires ne supportaient pas la lumière du soleil ?
— C’est le cas, mais les rayons du soleil n’arrivent pas jusqu’ici, c’est une lumière artificielle, donc sans aucun danger.
— D’accord… Mais normalement, il devrait faire nuit, non ?
— Oui mais je me suis arrangé avec les créatures qui vivent ici. Donc quand il devrait faire nuit, c’est comme s’il faisait jour, et inversement.
— C’est toi qui as fait ça ?!
— Oui.
— Ce n’est pas un peu bizarre pour un vampire ?
— Non, pas tant que ça. En fait, si j’ai fait ça, c’est pour ne pas oublier la couleur que peut avoir le ciel en pleine journée, ou tout ce qui nous entoure ! Les couleurs en général, parce que quand on ne vit que la nuit…
— On risque de les oublier… compléta Ultimécia. Et les voir sur des photos ou des projections, ce n’est vraiment pas pareil que de le vivre…
— Oui.

    La jeune femme se retourna et commença à regarder ce nouvel endroit. Soudain, elle entendit Cyrié derrière elle. Lorsqu’elle le regarda, il finissait de se redresser, un chiot noir aux yeux rouges dans une main. Le petit animal se débattait pour se libérer.

— Dis donc toi, tu ne la mords pas, le réprimanda-t-il.
— Ben quoi ? Ce n’est pas une vampire, j’ai le droit ! répondit le chiot.
— Ce n’est pas une vampire, mais c’est mon invitée, alors interdiction de l’attaquer.

    Puis il reposa la petite créature qui partit en courant, grognon.

— Un chien Basker ? demanda Ultimécia.
— Bien ! s’impressionna le vampire. Oui, c’en est bien un. Comment tu as reconnu ?
— La couleur des yeux, la taille de certains, et surtout, un chien qui parle…
— C’est vrai, s’amusa Cyrié.
— Donc si c’est bien des chiens Basker, ça veut que… non !
— Ca veut dire ? il savait très bien ce que voulait dire la jeune femme.
— On est… au Désert des Dam-nés ?!
— Tu es douée ! Oui, c’est le Désert des Dam-nés.
— Mais… comment c’est possible ? Je croyais qu’on ne pouvait pas y accéder ?
— Justement, c’est le principe même de cet endroit. Tu connais les conditions pour pouvoir venir ici ?
— Heu… Il faut que notre âme soit dam-née, bannie au moment de notre mort, non ?
— Entre autres, oui. En fait, il y a un autre moyen : une incantation. Elle est vraiment très compliquée, et il y a tout un tas de choses à faire en même temps. Donc, venir ici est vraiment très dur, mais, à partir du moment où on a réussi à venir, il suffit d’utiliser nos propres pouvoirs pour en repartir, et on peut aller et venir ici comme bon nous semble. Pour un vampire, c’est beaucoup plus simple. Etant donné que toute vie a un début et une fin, un vampire n’est pas vraiment vivant, vu qu’on est immortel ; mais on n’est pas mort non plus. Ca c’est typiquement le genre de truc que la nature n’apprécie pas, ce qui n’est ni vivant, ni mort, du coup, l’âme des vampires est en partie dam-née. Donc, comme c’est le Désert des Dam-nés – et il insista bien sur ce dernier mot – l’accès est facilité pour nous.
— D’accord. Vu à quel point c’est difficile de venir ici, tu dois être tranquille ?
— Oui, ça va, on n’a que très rarement des… visiteurs inopportuns.
— Et les créatures qui vivent ici ? Tu n’as pas de problèmes avec elles ? Il parait qu’il y en a qui sont très agressives.
— Tout dépend de l’endroit où on est dans le Désert, mais ici, il n’y a pas de problèmes.

    Pendant qu’ils discutaient, le chiot continuait à leur tourner autour, le plus discrètement possible. Il s’apprêta à attaquer quand Cyrié l’arrêta net, en un seul mot :

— Rip !

    Le petit chien repartit, à nouveau bougon. Le vampire soupira longuement avec un léger mouvement de tête.

— Ah, au fait ! commença Ultimécia. Je voulais te le demander les autres fois, mais j’oubliais à tous les coups : tu te souviens, le soir où on s’était vu à côté du lac et où on s’est retrouvé dans l’eau, comment tu as fait pour me donner de l’air ? Normalement, tu aurais du m’asphyxier, non ?
— Non. En temps normal, les vampires n’ont pas besoin de respirer, si on le fait, c’est juste pour passer inaperçu au milieu des mortels. Ce soir là, j’avais un peu prévu le coup : avant de plonger, j’ai pris une grande inspiration moi aussi, donc quand tu as eu besoin d’air, j’ai pu t’en donner. Comme je n’ai pas besoin de respirer, je n’ai rien consommé de l’air que j’avais stocké, donc, pour toi, c’était comme si tu avais respiré à l’extérieur.
— Je ne savais pas ça… Et quand on est ensemble ? Tu respires aussi, pourtant, quand on n’est que tous les deux, tu n’as pas besoin de passer inaperçu.
— Oui, mais si d’un coup j’arrêtais de respirer, ça te ferait peur.
— C’est vrai…, répondit-elle, pensive.

    Soudain, deux grandes flammes apparurent. Lorsqu’elles se dissipèrent, elles cédèrent la place à deux vampires : le couple qui était déjà venu.

— Tiens ? s’étonna la femme vampire.

    Son compagnon et elle étaient surpris, mais ravis de voir leur ami accompagné.

— Ah ben vous tombez bien vous deux ! s’exclama Cyrié. Je vous présente Ultimécia. Ulti, voici Lucrécia et Spargas.
— Bonsoir, les salua la mortelle, intimidée.
— Salut ! On fait enfin ta connaissance ?! Si tu savais depuis combien de temps il nous parle de toi, taquina le nouveau venu.
— Spargas… le prévint le vampire balafré.
— Je sais, je sais…
— Oh, Cyrié ? commença la vampire après un instant de silence. Tu as déjà vu Clayde ce soir ?
— Clayde ? Non, pourquoi ?
— Il a des petits soucis, répondit le vampire aux yeux gris. Bon, rien de très grave. On lui a dit que ça venait de ses pouvoirs, mais tu sais comment il est… Il ne sera pas rassuré tant que ce n’est pas toi qui lui diras.
— Ouais… Mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir…

    Cyrié réfléchit un instant en regardant Ultimécia, puis reprit :

— Je vais aller le voir. Je vous la confie en attendant !
— Ce n’est pas urgent tu sais, insista Lucrécia.
— Je sais, mais je n’en aurai pas pour longtemps, et ça évitera qu’il s’inquiète pour rien. Je reviens vite, continua-t-il en s’adressant à sa bien-aimée.

    Il l’embrassa, s’éloigna légèrement du petit groupe et s’éclipsa.

— Et toi, n’en profites pas pour essayer de lui faire peur, avertit-il à l’attention du vampire, juste avant de partir.

    Après son départ, le couple sourit. L’immortelle fixa son amant d’un regard lourd de sens : il te connait bien ! Alors fait attention à ce que tu dis, semblait-elle vouloir lui dire, sans prononcer un mot. Après un long moment de silence, Spargas posa les yeux sur la mortelle.

— Alors comme ça, tu sors avec Cyrié maintenant ?
— O… oui, répondit timidement Ultimécia.
— Ca ne te fait pas peur ?
— Ne commence pas, le reprit gentiment Lucrécia.
— Quoi ? Je ne dis rien de mal. Alors ? Ce n’est pas effrayant de sortir avec un vampire ?
— Heu… non, ça va.
— C’est le danger qui t’attire ? Attention au grand méchant vampire, plaisanta-t-il.
— Non, non, pas du tout ! Et puis, il n’est de loin pas aussi dangereux qu’on le dit, non ?
— Ah, ça, ce n’est pas sûr ! affirma le vampire.
— Spargas, fais attention. S’il t’entendait, il risquerait de ne pas apprécier ! l’avertit Lucrécia.
— Et alors ? Il ne me ferait rien de toute façon.

    Sur ces mots, une main blanche s’empara de lui et le tira plusieurs mètres en arrière.

— Je ne te ferais rien, hein ? menaça amicalement Cyrié, déjà de retour.

    D’une main, il immobilisait Spargas, de l’autre, il lui retenait la tête sur le côté. Le vampire ouvrit la bouche et approcha lentement du cou son ami.

— Non, mais, je ne voulais pas dire ça !

    Cyrié posa les crocs sur l’artère de son ami, qui commença à s’agiter. Il ne savait plus quoi dire pour se libérer de ce mauvais pas.

— Non, Cyrié, s’il-te-plait ! Je ne voulais pas lui faire peur, je voulais juste… enfin tu vois, quoi ! Allez, s’il-te-plait !

    Il s’apprêtait à sentir la morsure, et c’était justement cette attente qui le rendait nerveux. Finalement, Cyrié s’écarta en riant. Il relâcha son étreinte. Spargas s’éloigna immédiatement en le surveillant du coin de l’œil et rejoignit Lucrécia, que la situation amusait beaucoup. Cyrié lui aussi rejoignit sa compagne. Son semblable vampirique se frotta vigoureusement le cou.

— Argh ! J’ai encore l’impression de sentir tes crocs ! bougonna-t-il.
— Ca t’apprendra ! rétorqua Cyrié en souriant. La prochaine fois, tu m’écouteras peut-être ?

    Ultimécia les regardait, étonnée.

— Qu’est-ce qu’il y a ? lui demanda son nouveau petit ami.
— Ben… Je croyais que tu m’avais dit que c’était quelque chose de sérieux les morsures, que tu ne plaisantais pas avec ça ?
— Oui, mais, entre vampires, c’est différent. Le sang des mortels nous attire, nous donne envie de mordre, et si jamais on cède, on risque de ne pas réussir à s’arrêter, alors que le sang des autres vampires ne nous fait pas du tout cet effet-là.
— Sauf le sang des vampires plus âgés que nous. Là on a un petit peu envie de mordre, mais rien de comparable avec le sang des mortels, compléta Lucrécia.
— D’accord…

    Ultimécia commençait à se rendre compte de la quantité de choses qu’elle ignorait sur son compagnon et sur les vampires en général.

— Tu as fait vite avec Clayde, remarqua Spargas.
— Oui, ça venait bien de ses pouvoirs, ça se sentait de loin.

    Une flamme surgit. Un nouveau vampire venait d’arriver : un jeune homme. Il semblait moins âgé et un peu plus petit que les deux autres, mince, lui aussi, aux cheveux foncés et aux yeux verts, aux reflets violacés.

— Eh ben ! Il y a du monde par ici ! s’exclama-t-il, joyeux.

    Ils se saluèrent tous, puis il reprit :

— Voici Kardè, présenta Cyrié.
— Tu dois être Ultimécia ? supposa l’intéressé.
— O… oui.

    Il s’approcha en lui tendant la main. Elle fit de même, mais avant de pouvoir la lui serrer, le chiot qui leur avait tourné autour lui sauta dessus et la mordit. En retombant, il la relâcha. Lorsqu’ils virent le sang couler de sa main, tous les vampires s’effrayèrent et se tournèrent vers Cyrié. Il fixait ce fluide rouge et épais gouttant au sol, la bouche entrouverte, la respiration forte, le regard fiévreux. Il semblait près à bondir sur la jeune femme. Kardè s’approcha légèrement d’elle, très lentement.

— Cyrié… ? tenta Spargas.

    Soudain, le prédateur commença à bouger. Lucrécia et son compagnon se jetèrent sur lui pour le retenir, Kardè prit le bras de la mortelle et s’éclipsa avec elle.
    Ils réapparurent dans un salon. Il faisait à nouveau nuit à l’extérieur, mais les volets ouverts laissaient rentrer suffisamment de lumière pour voir l’intérieur. D’un côté de la pièce se trouvaient un vaisselier, et une table entourée de chaises, au milieu, trônait un canapé, ainsi que deux fauteuils, tournés vers une grande cheminée, de l’autre côté de la pièce. Quelques tableaux ornaient les murs. Kardè fit apparaitre un mouchoir en tissu et le tendit à la jeune femme.

— Tiens, appuie ça sur ta blessure, je reviens.

    Elle suivit ses consignes et il sortit de la pièce. Lorsqu’il en revint, quelques instants plus tard, il tenait de quoi la soigner. Il posa le tout sur la table et tira l’une des chaises en invitant Ultimécia à s’asseoir. Elle s’exécuta, et il s’installa sur la chaise voisine. Le vampire imbiba un coton de désinfectant.

— Fais-moi voir.

    La mortelle enleva le mouchoir. Il examina un peu la morsure, puis prononça une phrase étrange :

— Le sang appelle le sang. Que celui de la dénommée Ultimécia, présente devant moi, lui revienne.

    A ces mots, le sang qui avait goutté au sol et celui qui s’était imprégné dans le tissu revinrent dans la plaie en formant de petits filaments, ce qui surpris la jeune femme.

— Ne t’inquiète pas, la rassura Kardè.

    Puis il commença à la soigner.

— Heu… qu’est-ce qu’il s’est passé tout à l’heure, avec Cyrié ? finit-elle par demander, très intimidée.
— C’est l’odeur de ton sang qui lui a donné envie de mordre. Ca se comprend, il est… très tentant.
— Vous aussi vous allez essayer de… ? demanda-t-elle de plus en plus inquiète.
— Tu peux me tutoyer, tu sais. Et, non, ne t’inquiète pas, j’arrive à me retenir. Même si ça donne très envie, je ne te mordrais pas.
— Merci… Je ne l’avais jamais vu comme ça…
— Pour lui, c’est… beaucoup plus difficile. Pendant des siècles, il a suivi aveuglément ses instincts, ça ne fait pas très longtemps qu’il essaie de les maîtriser. Alors… quand il a senti l’odeur de ton sang, directement je veux dire, il n’a pas pu résister. D’un côté, ça se comprend qu’il ait craqué.
— Et… il y a d’autres vampires qui risqueraient de réagir comme lui ?
— Non, il n’y a que lui.

    Kardè continua à soigner la morsure de la jeune femme. Ils n’échangèrent plus un mot jusqu’à ce qu’il ait terminé. Elle le remercia. Il récupéra tout ce qui avait été en contact avec son sang et reparti avec. Lorsqu’il revint, elle lui demanda :

— Est-ce que je peux rentrer chez moi ?
— Mmh… Ca risque d’être dangereux : Cyrié sait où tu vis, et s’il n’est pas encore calmé, il risquerait d’aller te chercher là-bas. A part le Fenryl d’Or, il y a un endroit où tu pourrais aller pour cette nuit ?
— Je pense que je pourrais aller chez l’un de mes frères ?
— Pas chez Santanas, il y est déjà allé, il sait où c’est. Par contre, ton autre frère, là, ça irait.
— D’accord…

    Elle se leva et s’apprêta à partir quand Cyrié apparut au milieu de la pièce. A le voir, il n’y avait aucun doute possible : son envie de sang ne s’était pas apaisée, bien au contraire. Immédiatement, Kardè tira Ultimécia en arrière, contre le mur, et se plaça devant elle. Cinq tourbillons de flammes surgirent, un grand à côté du canapé, les quatre autres près de la table. Spargas et Lucrécia se tenaient à côté d’un nouveau vampire, un peu plus grand et plus musclé que les autres, ses cheveux bruns foncés lui tombaient dans le cou, et de Lucian. De l’autre côté, se tenaient une femme aux cheveux châtains, courts et ébouriffés, et un homme à l’air un peu malade. Elle avait la main posée sur son bras, c’est elle qui avait dû les amener là.

— Kardé, pousse-toi ! ordonna Cyrié.
— Non, je ne peux pas te laisser faire ça.

    Cyrié poussa un grondement semblable à celui d’un grand félin. Tous les vampires présents étaient très tendus. Ultimécia, quant à elle, avait de plus en plus peur, les battements de son cœur le prouvaient bien, mais Cyrié l’entendait et ça lui donnait encore plus envie de l’attaquer. Il commença à avancer et leva une main pour repousser l’obstacle qui se dressait entre lui et sa proie, il allait donkeyéner un énorme coup au géneur. C’est à ce moment-là que l’inconnu aux cheveux bruns se jeta sur lui : il s’était placé derrière Cyrié et faisait son possible pour le retenir. La femme vampire, elle, était venue devant Kardé, et essayait de retenir les bras du vampire affamé. Mais tous ces efforts étaient voués à l’échec face à sa force et à sa détermination. Il voulait mordre Ultimécia, et il ne laisserait personne se mettre en travers de son chemin. En un geste, il se libéra les bras, repoussa la femme, attrapa le vampire qui se trouvait dans son dos par le col, et le fit basculer au-dessus de lui. Le malheureux percuta violemment le sol, juste à côté du canapé, mais n’eut pas le temps de réagir : Cyrié lui empoigna la tête et la lui frappa brutalement par terre. Un seul coup suffit, le pauvre vampire perdit instantanément connaissance et une petite flaque de sang commença à se répandre autour de sa tête. La femme vampire revint à la charge, mais elle n’eut même pas le temps de faire un pas avant que Cyrié ne s’empare d’elle. Il traversa la pièce, trop vite pour pouvoir le voir, et la plaqua contre le mur, juste à côté de la cheminée, un bras en travers de la poitrine de la jeune femme. Au moment même où elle toucha le mur, plusieurs craquements se firent entendre. Elle eut le souffle coupé. Pendant encore quelques secondes, Cyrié appuya fortement sur le thorax de la malheureuse. Puis, il se retira. Elle s’effondra au sol, tremblante de douleur, les bras vers sa poitrine, suffocante. Lentement, il tourna la tête vers Ultimécia et s’approcha. Les battements de son cœur attisaient de plus en plus la soif de sang du vampire.

— Kardè…, reprit-il, encore plus menaçant.
— Non…

    Lui aussi avait peur à présent, il savait que s’il n’obéissait pas, il subirait le même sort que ses deux amis, mais il ne pouvait pas laisser Ultimécia à la merci de ce prédateur sans pitié… Tous les vampires le savaient et essayaient de cacher leur effroi. S’ils essayaient d’intervenir, eux aussi auraient affaire à Cyrié.

— Je ne le répèterai pas…

    C’était le dernier avertissement auquel Kardè aurait droit, mais il secoua faiblement la tête pour lui signifier qu’il ne bougerait pas. Il faisait tout ce qu’il pouvait pour atténuer ses tremblements. Le danger approchait de plus en plus.
    Au dernier moment, Spargas prit une grande inspiration et s’avança d’un pas :

— Tu n’as pas bientôt fini avec tes conneries ?! hurla-t-il à Cyrié. Tu as toujours tout fait pour nous protéger, et là, regarde ce que tu as fait à Vick ! Et à Lestat ! Et tout ça pour quoi ?! Pour le sang d’une seule mortelle ! Tu te rends compte à quel point c’est stupide ?! Je croyais que tu avais décidé d’arrêter avec tout ça ?! Avec tous ces meurtres ?! C’est comme ça que tu comptes y arriver ?! Et en plus, quand nous on essaie de t’aider à le faire, tu t’en prends à nous ?! Alors, tu sais quoi ?! Vas-y ! Tues-la ! Recommences à tuer tous ceux qui croisent ton chemin, je n’en ai plus rien à foutre ! Mais ça ne prouvera qu’une seule chose : que tu es un lâche, sans aucune volonté, incapable de te tenir à tes décisions ! En fait, tu es vraiment faible ! A se demander comment tu peux être encore en vie ce soir !


    Tous les vampires retinrent leur souffle, Cyrié ne laisserait jamais passer ça, son congénère était allé beaucoup trop loin. Et en effet, il était fou de rage et fixait Spargas d’un regard noir. Il s’avança très lentement. A chaque pas, tous les cœurs s’emballaient un peu plus. Cyrié s’arrêta à un ou deux mètres de Spargas, toujours sans détacher les yeux de lui. La tension était palpable. Insoutenable. Personne ne parlait. Personne ne bougeait. Surtout Spargas : il savait très bien que s’il esquissait le moindre geste, Cyrié attaquerait immédiatement. Il était terrorisé, mais il ne pouvait pas laisser transparaître la moindre once de peur, pas après ces paroles si dures, si sévères. Soudain se produit une chose à laquelle il ne s’était pas préparé : un large sourire se traça sur le visage de Cyrié… mais ses yeux, eux, n’avaient pas changé d’expression, ils étaient toujours aussi menaçants. A présent, le dangereux vampire ressemblait vraiment à un prédateur en chasse, prêt à bondir sur sa proie, ravi à l’idée de ce qu’il allait lui faire subir en la torturant avant de l’achever. Surpris et horrifié, Spargas recula d’un pas, dans un sursaut. L’erreur à ne pas commettre : c’était ce qu’attendait Cyrié pour se jeter sur lui. Le vampire en danger s’enfuit à toutes ailes à travers la fenêtre, suivit de très près par son prédateur. Les trois vampires ne se détendirent pas pour autant, Spargas allait avoir de gros ennuis. Les deux hommes s’approchèrent chacun d’un blessé, Lucrécia, quant à elle, ne bougea pas, elle resta figée, les yeux rivés sur la fenêtre, une main près de la bouche, profondément angoissée à l’idée de ce qui allait arriver à son compagnon.
    Spargas volait à toute allure. Il se retourna pour voir où était son poursuivant : Cyrié était juste derrière lui. Il ne s’attendait pas à ce qu’il soit aussi près et se retourna dans un sursaut. Immédiatement, il sentit un choc suivit d’une grande douleur sur sa joue gauche, ce qui le fit tomber à terre. La force de l’impact lui avait fait fermer les yeux. Lorsqu’il les rouvrit, il vit Cyrié, sur lui, l’air fou de rage, une main levée, prêt à frapper à nouveau. Spargas était terrorisé. Soudain, l’expression de son assaillant s’estompa légèrement, sa main se fit un peu moins menaçante et se baissa un peu, puis, après un instant de réflexion, Cyrié s’envola et s’éloigna en un clin d’oeil, laissant Spargas là, le visage ensanglanté, apeuré.
    Ultimécia s’était rendue aux Cieux, pour vivre quelques jours avec son frère. Les vampires, eux, avaient ramené leurs blessés au Désert des Dam-nés. Kardè et celui à l’air malade les soignaient pendant que Lucian essayait de rassurer et réconforter Lucrécia qui attendait à l’extérieur de la grotte de pierres. Malgré tous les efforts du jeune homme, elle restait toujours aussi inquiète. Soudain, Spargas arriva. Il était blanc comme un linge, une profonde griffure lui balafrait la joue et une partie du cou. Lucrécia se jeta dans ses bras et il se serra contre elle.

— Tu trembles comme une feuille, constata-t-elle, toujours inquiète.
— Il t’a fait peur à ce point ? demanda Lucian.
— Peur ? Je suis terrifié oui, reconnut Spargas.
— Et il est où maintenant ?
— Je n’en sais rien, d’un coup, il a eu l’air de se calmer un peu et il est repartit. Je pense qu’il a du aller se défouler sur des chasseurs de primes.

    Les trois vampires se regardèrent, silencieux. Malgré tous les efforts qu’il avait fournit, Cyrié était en train de redevenir aussi dangereux qu’avant.

* Note: Normalement, le nom "Désert des Dam-nés" ne contient pas de tiret, mais j'ai été obligée d'en mettre un à cause de la censure du forum :s

Dernière modification par ultimecia (2012-10-02 14:21:51)


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#212 2012-09-29 18:31:17

yondalla
fiche Eleveur
Membre
Lieu: devant mon ordi ^^
Date d'inscription: 2009-06-04
Messages: 162

Re: Les Histoires des Ténèbres

C'est génial ! J'aime beaucoup ce passage, j'espère que Cyrié va réussir à se contrôler !!
Mais ça risque d'être difficile !


L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
Le chat qui les observe.

Hors ligne

 

#213 2012-09-29 23:41:49

lilitchii
fiche Eleveur
Rédacteur de la gazette
Date d'inscription: 2012-06-02
Messages: 881

Re: Les Histoires des Ténèbres

mmmmm.... chapitre très sombre. j'aime j'aime j'aime..... et je me demande aussi comment notre Cyrié va reprendre ses esprits.

Hors ligne

 

#214 2012-09-30 03:45:52

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Merci les filles ^^

Après le romantisme du premier baiser, on retombe bien dans le côté sombre du vampire xD

Pour te répondre Lili, je dirais... que vous le saurez trèèèèès bientôt Catitiz_PDT_19


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#215 2012-09-30 10:32:43

vega1
fiche Eleveur
Membre
Date d'inscription: 2009-01-17
Messages: 256

Re: Les Histoires des Ténèbres

Ouf ! Ultimécia est saine et sauve... il s'en est fallu de peu.

J'ai eu peur. Il va falloir que Cyrié se reprenne sérieusement s'il ne veut pas perdre sa bien aimée... Cette fois elle a eu vraiment peur et c'était juste, juste... Heureusement que les autres étaient là et l'ont aidée.

Bonne journée, à bientôt pour  la suite.

Hors ligne

 

#216 2012-09-30 14:20:18

cecilou1998
fiche Eleveur
Membre
Lieu: Hyrule
Date d'inscription: 2009-12-29
Messages: 8030

Re: Les Histoires des Ténèbres

J'adore ce chapitre ^^ On se sent aussi tendu que les personnages en le lisant, attendant sans pouvoir agir que Cyrié reprenne le contrôle de son esprit.

Par contre, je ne suis pas sûre sur le nom du Désert...

Désert des not allowedés ?!
— Tu es douée ! Oui, c’est le Désert des not allowedés.
— Mais… comment c’est possible ? Je croyais qu’on ne pouvait pas y accéder ?
— Justement, c’est le principe même de cet endroit. Tu connais les conditions pour pouvoir venir ici ?
— Heu… Il faut que notre âme soit not allowedée

C'est vraiment ça ou le forum nous joue encore des tours ?


~ L'impossible n'existe pas, car le rêve d'hier est la réalité de demain ~
Si on n'était pas fous... On deviendrait tous dingues...

TSFH : Nemesis

Hors ligne

 

#217 2012-09-30 14:27:59

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Merci vous deux :D

Cecilou --> Hein quoi O_O?!!! Saleté de forum, je n'avais pas vu >< Normalement, le nom c'est le Désert des Dam-nés :s (je vais rectifier ça tout de suite, merci de me l'avoir signalé ^^')

Le nom du désert va revenir plusieurs fois après ça, donc si jamais il y a de nouveau une fois ou l'autre où j'oublie de rectifier, n'hésitez pas à me prévenir ^^' (je vais essayer de faire attention, mais on ne sait jamais :s)


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#218 2012-09-30 15:45:14

yondalla
fiche Eleveur
Membre
Lieu: devant mon ordi ^^
Date d'inscription: 2009-06-04
Messages: 162

Re: Les Histoires des Ténèbres

Pour te répondre Lili, je dirais... que vous le saurez trèèèèès bientôt

Oh cool ! La suite dans pas longtemps alors !


L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
Le chat qui les observe.

Hors ligne

 

#219 2012-09-30 15:51:05

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Oui, oui, cette fois, je vais être sympa et vous la donner très rapidement ^^ (aïe, aïe, aïe, j'ai du mal à écrire aujourd'hui :s J'avais une super tournure de phrase en tête, mais le temps d'écrire les 3-4 premiers mots, je l'ai perdue, et impossible de la retrouver T_T)


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#220 2012-09-30 15:53:41

yondalla
fiche Eleveur
Membre
Lieu: devant mon ordi ^^
Date d'inscription: 2009-06-04
Messages: 162

Re: Les Histoires des Ténèbres

Super ! Bonne nouvelle ! Pour une fois que tu es sympa Catitiz_PDT_10 ...
C'était une blague, hein !


L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
Le chat qui les observe.

Hors ligne

 

#221 2012-09-30 16:11:26

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

Et encore, je n'ai pas été vraiment vache avec vous pour l'instant Catitiz_PDT_26


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#222 2012-09-30 16:46:41

yondalla
fiche Eleveur
Membre
Lieu: devant mon ordi ^^
Date d'inscription: 2009-06-04
Messages: 162

Re: Les Histoires des Ténèbres

C'est vrai, mais bon on se plaint pour le principe !


L'ours et l'homme se disputent un territoire. Qui a raison ?
Le chat qui les observe.

Hors ligne

 

#223 2012-10-02 14:20:54

ultimecia
fiche Eleveur
Gardienne de PoneyVallée
Lieu: Toujours devant un ordi ^^
Date d'inscription: 2007-06-08
Messages: 4848

Re: Les Histoires des Ténèbres

TADAM!!! :D Je suis fière de vous annoncer qu'on a dépassé les 10 000 vues, merci à vous Catitiz_PDT_22
Pour vous remercier (et comme c'est un nombre assez conséquent), je vous mets une illu, comme à chaque fois, mais aussi... le chapitre suivant :D (ne vous en faites pas, je n'oublie pas celle des 9 000 vues, elle arrivera dès que possible ^^')
Bonne lecture et merci à vous ^^

Dangereuse Relation (suite)

4 – Dangereuse Relation

5 – Sans toi…


    Cela faisait déjà plusieurs jours qu’Ultimécia avait été mordue. Elle était retournée travailler au Fenryl d’Or, mais n’avait pas la moindre nouvelle de Cyrié ou des autres vampires. Ce soir-là, après avoir fermé la taverne, elle nettoya un peu les tables et sentit une présence près de la porte. Un homme se tenait là, le visage masqué par une grande capuche noire. Que faisait-il là ? Elle était persuadée d’avoir verrouillé la porte à double tour.

— Désolée, on est fermé, l’accueillit-elle poliment.
— Je sais, c’est justement pour ça que je suis venu, répondit l’homme.

    Il retira sa capuche. C’était Spargas. Il avait encore la trace de la griffure que lui avait infligée Cyrié. Elle avait en grande partie cicatrisé, mais était toujours visible.

— Spargas, c’est ça ? hésita Ultimécia.
— Oui.
— C… C’est Cyrié qui vous a fait ça ? demanda-t-elle en désignant sa blessure des yeux.

    Le vampire baissa les yeux, comme pour regarder sa balafre, puis détourna la tête. Il soupira puis se tourna à nouveau vers elle, le visage grave.

— Ecoute, si je suis là, ce n’est pas pour échanger des politesses. Cyrié et toi, vous devez arrêter de vous voir.
— Quoi ?! s’exclama la jeune femme.
— C’est beaucoup trop dangereux, ce qu’il s’est passé la dernière fois en est la preuve, reprit-il immédiatement, en lui coupant presque la parole. Ce coup-ci, on a eu deux blessés grave dans nos rangs, la prochaine fois, ce sera quoi ? Il n’est pas encore prêt à fréquenter des mortels, pas comme ça, et encore moins des avec un sang aussi tentant que le tien, c’est encore beaucoup trop tôt pour lui. Alors autant arrêter les frais maintenant. N’essaie pas de le revoir. Oublie-le. Oublie jusqu’à l’existence même des vampires. Ca vaudra mieux pour tout le monde.

    Sur ces mots, il remit sa capuche et repartit.

— Désolé, ajouta-t-il juste avant de franchir la porte.

    Ultimécia serra sa main blessée contre elle, choquée. Ce que venait de lui dire Spargas l’avait complètement assommé. Il ne lui avait même pas laissé l’occasion de répondre. Ne plus voir Cyrié ? Comment pourrait-elle faire ça ? Elle était folle amoureuse de lui, elle ne pouvait pas l’oublier aussi facilement. Profondément perturbée, elle s’assit le temps de se remettre de ce qu’on venait de lui ordonner : Cyrié venait de la quitter et jamais elle ne le reverrait.

    Pendant ce temps, Cyrié était au Désert des Dam-nés, assis sur la colline de pierres, la tête dans le creux des bras. Une flamme tournoya derrière lui, mais il n’y prêta pas attention. La vampire qu’il avait blessé vint s’asseoir à côté de lui.

— Tu ne devrais pas te lever, la conseilla-t-il.
— Je sais, je vais retourner m’allonger, mais je voulais te parler avant.
— Tes côtes, ça va ? s’inquiéta l’homme.
— Oh, tant que je ne respire pas et que j’évite de bouger, oui.
— … Excuse-moi…
— C’est bon, tu ne vas pas t’excuser à chaque fois que tu me vois quand même ? demanda-t-elle gentiment.
— Jusqu’à ce que tu sois complètement rétablie, si.
— Oh Cyrié… Tu n’as pas à t’en vouloir comme ça tu sais ?
— Dis ça à Lestat, il ne s’est toujours pas réveillé.
— Même si tu t’en es pris à nous, tu as quand même essayé de nous protéger. Si tu avais vraiment voulu nous faire du mal, tu l’aurais empalé sur le canapé, la griffure de Spargas serait beaucoup plus profonde, et moi, tu m’aurais écrasée contre la cheminée et pas à côté.
— J’ai failli le faire…
— Oui, failli, répéta-t-elle, mais tu ne l’as pas fait.
— Mmh…
— Dis, reprit-elle après une hésitation, c’est vrai ce qu’on m’a dit ? Tu as vraiment envoyé Spargas parler à Ultimécia ?
— Mmh…, acquiesça-t-il avec un hochement de tête.
— Oh non, ce n’est pas vrai… Mais pourquoi tu as fait ça ? Vous aviez l’air tellement bien tous les deux. Ca faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu aussi heureux…
— C’est beaucoup trop dangereux. Regarde un peu ce que je vous ai fait là, la prochaine fois, ce sera quoi ? Je vais encore blesser combien d’entre vous ? Et à quel point ? Et puis, même, si jamais je restais avec elle, dès qu’on voudrait passer un peu de temps tous les deux, vous seriez obligés de nous surveiller, et ça, ce ne serait pas vivable, ni pour vous, ni pour nous.
— Mais… Il y a forcément une autre solution ?
— Non… quoiqu’on fasse, si je reste avec elle, je finirai forcément par blesser quelqu’un… voir pire… Et entre votre sécurité et mon petit bonheur, le choix est vite fait…
— Je n’aime pas quand tu dis ce genre de choses. Nous, on ne veut pas que tu te sacrifies pour nous !
— Mmh… Spargas avait peut-être raison finalement, reprit-il après un soupir, je ne suis qu’un faible sans aucune volonté…
— Arrête, là tu vas m’énerver, je vais me mettre à gueuler et ça va me faire mal aux côtes, c’est ce que tu veux ?
— Bien sûr que non…
— Tu sais très bien qu’il ne pensait pas ce qu’il t’a dit, c’était juste pour détourner ton attention d’Ultimécia. Tu es bien la personne la plus forte qu’on connaisse. Si tu étais quelqu’un de faible, tu n’aurais même pas décidé d’arrêter de suivre tes instincts, pas après six siècles à les suivre. C’est juste qu’après tout ce temps, tu ne pouvais pas t’attendre à réussir à te maîtriser en quelques mois… Et justement, être avec elle, c’était une très bonne motivation pour toi !
— En attendant, je n’ai même pas eu le courage de lui dire moi-même que je la quittais…
— Ca, ce n’est pas une question de courage. Sa main est encore loin d’avoir guérie, ça risquait de recommencer.

    Cyrié soupira une nouvelle fois. Sa peine toucha énormément la femme vampire, ne sachant plus quoi lui dire pour le consoler, elle se rapprocha encore un peu et s’appuya contre lui, la tête sur son épaule, lui tenant la main. C’était tout ce qu’elle pouvait faire pour le réconforter. Il posa la tête sur celle de sa congénère blessée.
    Un homme apparut en contrebas. Spargas était de retour au Désert. Il retira sa capuche pour regarder son ami. Les paroles qu’il avait prononcées face à Ultimécia avait été très sévères, mais en réalité, il était tout aussi peiné que Cyrié : lui aussi était amoureux, et il ne pouvait pas imaginer la tristesse qu’il ressentirait s’il ne pouvait plus la voir. Il hocha la tête : il avait accompli sa tâche. Cyrié fit de même.

— Voilà… Maintenant, c’est fait… Merci d’y être allé à ma place… Elle va vraiment me manquer, exprima-t-il dans ce geste.

    Puis, profondément attristé, il remit le visage entre ses bras.

    Les jours s’écoulèrent, puis les semaines. Ultimécia n’avait plus de nouvelles de Cyrié. Elle était désespérée. Elle refusait de croire que son compagnon l’avait quitté de cette façon. Plus le temps passait, plus sa peine s’amplifiait. Un soir, Santanas la surprit en train de pleurer sur son lit, ce qui était devenu quasiment quotidien. Affligé par la tristesse de sa sœur, il se rendit au Désert des Dam-nés. Le vampire et lui discutèrent une bonne partie de la nuit. Le démon essayait de le persuader de retourner auprès d’Ultimécia, mais ses arguments étaient on ne peut plus convaincants. Finalement, il n’arriva pas à le faire changer d’avis.
    La jeune femme retournait régulièrement aux différents endroits où Cyrié et elle se retrouvaient, dans l’espoir de l’y revoir, mais il n’était jamais là. Elle devait s’y résoudre, Spargas avait dit vrai : il l’avait quitté. Lorsqu’elle le réalisa, les larmes lui montèrent aux yeux, une fois de plus. Sa vue s’était troublée, mais elle aperçut tout de même le groupe d’hommes qui se dirigeaient vers elle.

— Alors ma mignonne, qu’est-ce qu’on fait dehors à une heure pareille ? lança l’un d’entre eux. Ce n’est pas bien ça, pas bien du tout.

    La jeune femme se ressaisit et s’apprêta à se défendre. Elle avait de grands pouvoirs et une bonne maîtrise du maniement des armes, elle avait donc une chance face à eux… si elle arrêtait de penser à son amour perdu. Malheureusement, elle n’avait vraiment pas la tête au combat ce soir-là. Les hommes approchèrent encore. Juste au moment où ils allaient l’agresser, leurs regards furent attirés par quelque chose derrière elle. En une fraction de seconde, les agresseurs devinrent livides, paniqués et détalèrent à toutes jambes, terrorisés. Ultimécia, perplexe, se retourna. Rien. Personne. Son visage s’illumina ; il lui semblait avoir senti un courant d’air froid dans son dos. Il ne pouvait y avoir qu’une seule explication à cette sensation et à la réaction apeurée des hommes qui avaient voulu s’en prendre à elle : c’était Cyrié. Elle en était sûre, c’était lui qui les avait fait fuir. Et s’il était intervenu, c’est qu’il tenait encore à elle ! Elle avait essayé de le revoir, mais elle n’avait peut-être pas utilisé la bonne méthode ? A présent, elle était persuadée que si elle était en danger, il viendrait la sauver.
    Forte de cette certitude, Ultimécia passait beaucoup plus de temps à errer dans les rues en pleine nuit. Pendant les semaines qui suivirent, elle sortit presque tous les soirs. Si bien qu’un jour, lors de l’une de ses promenades nocturnes, quelqu’un l’arrêta. Un homme seul, le visage en partie caché par une grande capuche noire.

— Arrête ça, tout de suite, ordonna-t-il.

    Ultimécia reconnut immédiatement cette voix, même si ce n’était pas celle qu’elle voulait entendre. Spargas était une fois de plus venu lui parler au nom de Cyrié.

— De quoi vous parlez ? demanda-t-elle innocemment.
— Tu sais très bien de quoi je parle ! Tu crois qu’on ne s’est pas rendu compte que tu te mettais volontairement en danger ? Et ça, juste dans l’espoir que Cyrié vienne te sauver ?! Alors, arrête ! Je te rappelle qu’il t’a quitté, justement, pour que tu sois en sécurité, tu crois que c’était une décision facile à prendre pour lui ? Et puis, on ne peut pas constamment te surveiller, on a nos propres problèmes. On a suffisamment d’ennuis avec les chasseurs de primes sans que tu n’aies besoin d’en rajouter en te mettant en danger. Je te l’ai dit la dernière fois : oublie-nous !

    Sur ces mots, il disparut, laissant Ultimécia seule dans la nuit sombre.
    Malheureusement pour lui, sa réprimande ne fit qu’accentuer la volonté de la jeune femme. Après ce discours, elle sortit tous les soirs, se rendant dans des quartiers de plus en plus mal famés. Elle voulait revoir son bien-aimé, et elle était prête à tout pour y arriver.
    Il ne fallut que quelques jours avant qu’elle n’ait droit à une nouvelle visite. Elle venait de fermer le Fenryl d’Or quand une voix résonna dans son dos :

— Salut…

    Ce ton familier la fit se retourner d’un bout. Elle l’avait tellement souhaité qu’elle n’osait pas en croire ses yeux : Cyrié était là, devant elle, le visage bienveillant, mais malgré tout, teinté d’une légère tristesse. Il était ravi et soulagé de la revoir, elle lui avait énormément manqué, mais le danger qu’il représentait pour elle était toujours aussi grand, mais au moins, tout ce temps était écoulé avait permis à la main de la jeune femme de guérir entièrement, il n’avait donc pas envie de l’attaquer.

— Tu as l’air en forme, constata-t-il.
— C… Cyrié, je ne rêve pas ? Tu es vraiment là ?

    Il acquiesça, souriant. Ultimécia s’approcha doucement de lui, elle avait peur que ce ne soit qu’une illusion qui disparaitrait au premier geste brusque. Arrivée tout près du vampire, elle leva lentement la main pour le toucher et s’assurer qu’il n’était pas qu’un mirage issu de son imagination, mais au dernier moment, elle arrêta son geste. Il sourit affectueusement, prit délicatement la main de la jeune femme et la fit terminer son geste en la posant sur son torse.

— Oui, je suis là.

    Ultimécia sentit des larmes de joie lui monter aux yeux. Elle se jeta dans ses bras et se blottit contre lui, comblée de bonheur.

— Oh, je n’y crois pas… Si tu savais comme tu m’as manqué… J’avais tellement espéré que tu reviendrais…
— Oui, j’ai vu ça, fit remarquer le vampire, amusé. Tu as vraiment pris de gros risques pour me revoir.
— Oui… désolée, s’excusa-t-elle en rougissant.

    Cyrié répondit d’un sourire et l’enlaça tendrement.

— Ca fait du bien d’être de nouveau près de toi, admit Ultimécia.
— A moi aussi ça me fait du bien… Tu m’as vraiment manquée. Par contre, j’aurais préféré que tu ne te mettes pas autant en danger…
— Oui … Mais il fallait que je te revoie ! Et je ne savais pas comment faire, vu que c’est Kardè qui m’avait fait quitté le Désert des Dam-nés, je ne pouvais pas y retourner.
— Je sais… Mais Spargas t’avait dit qu’il ne fallait plus qu’on se revoit.
— Oui, mais…

    Plus leur discussion avançait, plus la peine de la jeune femme refaisait surface. Etait-il venu lui dire lui-même d’arrêter de penser à lui ? Il se rendit compte de cette crainte qui l’envahissait.

— Ne t’inquiète pas, si je suis venu, ce n’est pas pour te redire de m’oublier. Je tiens trop à toi… Moi non plus je ne supportais pas d’être loin de toi.

    Elle était rassurée de l’entendre prononcer ces paroles. Il lui souleva doucement le menton et l’embrassa. Le cœur de la jeune femme s’emballa, comme s’il le faisait pour la première fois. C’était officiel : ils étaient à nouveau ensemble. Cyrié était tout à fait conscient de la menace qu’il représentait pour elle, mais il ne pouvait pas se résigner à ne plus la voir, même s’il la mettait en danger et que résister à l’envie de la mordre était la chose la plus difficile qu’il ait eu à faire depuis longtemps. Il était fou amoureux d’elle, avait besoin d’être à ses côtés, et c’était tout ce qui comptait.

* Note: Normalement, le nom "Désert des Dam-nés" ne contient pas de tiret, mais j'ai été obligée d'en mettre un à cause de la censure du forum :s

http://imageshack.us/a/img208/9608/ripu.png

(j'avoue, j'ai recopié les contours ^^')

Epilogue

Dernière modification par ultimecia (2012-10-14 14:50:33)


Vous aimez les histoires fantastiques? Venez lire ceci ;) Bonne lecture ^^
On n'est pas là que pour payer!!!
Votre avis?

Sauvons PV

Hors ligne

 

#224 2012-10-02 16:07:10

cecilou1998
fiche Eleveur
Membre
Lieu: Hyrule
Date d'inscription: 2009-12-29
Messages: 8030

Re: Les Histoires des Ténèbres

Sublime ^^ J'adore.
Le lire là a eu encore plus d'effet, vu que j'étais mélancolique, un peu comme Ultimécia.

Dernière modification par cecilou1998 (2012-10-02 16:07:58)


~ L'impossible n'existe pas, car le rêve d'hier est la réalité de demain ~
Si on n'était pas fous... On deviendrait tous dingues...

TSFH : Nemesis

Hors ligne

 

#225 2012-10-03 09:43:27

vega1
fiche Eleveur
Membre
Date d'inscription: 2009-01-17
Messages: 256

Re: Les Histoires des Ténèbres

Merci pour ce  nouveau chapitre. Tout s'arrange il est revenu, elle est heureuse et lui aussi... pourvu que ça dure... et que les chasseurs de prime ne reviennent pas. On les a assez vus ceux-là.

Bonne journée

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr